Diag Immo

Les prêts immobiliers au SMIC, pourquoi c’est une mauvaise idée ?

Les prêts immobiliers au SMIC, pourquoi c’est une mauvaise idée ?

Le SMIC est le salaire minimum légal en dessous duquel l’employé ne peut pas être rémunéré. Il s’applique à tout ouvrier majeur, quelle que soit la forme de sa rémunération. Si vous souhaitez savoir les raisons pour lesquelles les prêts immobiliers au SMIC constituent une mauvaise idée, la suite de cet article vous apportera plus de précisions.

La forte pression immobilière

Les prêts immobiliers au SMIC aujourd’hui sont une mauvaise idée en raison de la forte pression immobilière que connaissent les grandes villes comme la France et les métropoles. Vous n’êtes pas sans savoir que les prix à l’achat et les loyers sont en constance évolution. Et ceci au détriment des personnes aux salaires les plus bas ou faibles. Les personnes au SMIC éprouvent déjà de difficultés pour satisfaire leur besoin au quotidien. En claire, il y a un décalage remarquable au niveau du SMIC et les différents prix de l’immobilier que ça soit la location ou l’achat des parcelles en mettre carré.

Ces faits évoqués montrent largement que les prêts immobiliers au SMIC sont une mauvaise décision qui est à blâmer. Aujourd’hui, de nombreuses personnes se demandent ce qu’elles peuvent acheter avec un SMIC. Celui qui se plaint déjà du SMIC ne peut plus se donner de courage pour faire un prêt immobilier au SMIC. S’il le fait, c’est qu’il a décidé de souffrir, car il n’a pas encore mangé à sa faim pour penser à une telle idée. Quand vous êtes au SMIC, le palier de 800 euros est un palier que vous pouvez atteindre rapidement. Avec même un salaire de 1771 euros net par mois, il ne sera pas du tout facile pour vous d’être propriétaire dans les métropoles. Le paiement du logement est déjà un casse-tête pour vous. Un salaire mensuel de 2342 euros sera un véritable parcours pour devenir propriétaire dans les grandes villes de la France. C’est pour cette raison qu’il n’est pas du tout conseillé à celui qui est au SMIC de penser à un prêt ou à un crédit immobilier. L’achat d’une parcelle en France en ce moment par exemple ne sera pas une chose facile, encore moins pour un salarié qui est rémunéré au SMIC. Pour être réaliste avec l’augmentation des prix des immobiliers dans les grandes villes, penser à un prêt immobilier au SMIC n’est certainement pas une bonne idée.

L’instauration de la règle d’un taux d’endettement

Pour éviter des défauts de paiement de la part des prêteurs, les établissements financiers ont instauré la règle des 33 % de taux d’endettement. C’est pour dire que le montant des mensualités à rembourser ne doit pas excéder un tiers de l’ensemble des revenus du foyer (foyer composé de Mme et Mrs). Cette barrière instaurée par les établissements financiers pour garantir ou pour s’assurer du paiement régulier des emprunteurs constitue déjà un obstacle pour celui qui est rémunéré au SMIC. Un salarié qui est payé au SMIC sera confronté à d’énormes difficultés pour les prêts immobiliers au SMIC. Pour que ce dernier bénéficie de ce prêt, il faut qu’il se retrouve dans la marge définie par la banque. Si vous prenez un couple au SMIC, il est plafonné à 800 euros pour son logement (le loyer mensuel ). Il faut souligner que cette somme est fixée hors charges. Un célibataire au SMIC ne pourra pas excéder 386 euros par mois pour son logement.

Les prix de l’immobilier augmentent plus vite que le SMIC

Selon une étude récente des spécialistes en matière immobilière, les prix de l’immobilier ne font qu’augmenter de jour en jour, alors que le SMIC est très loin de cette évolution spectaculaire. L’État n’a pas pris les dispositions nécessaires pour faire évoluer le SMIC proportionnellement à la montée des prix de l’immobilier. Ce qui n’encourage pas la majorité des salariés d’aller vers un prêt immobilier au SMIC. L’idée n’est d’ailleurs pas envisageable. Le pouvoir d’achat immobilier des ménages est donc limité à leur salaire, car le SMIC a un impact sur le pouvoir d’achat immobilier des ménages. Selon l’analyse, le SMIC enregistre une revalorisation inférieure à 20% sur 10 ans, alors que les prix de l’immobilier ont augmenté jusqu’à 50 % sur la même période. Une telle évolution (l’immobilier )n’a rien de comparable par rapport  au SMIC.

Qu'avez-vous pensé de cet article ?

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles Pas encore de vote.
Loading...